CHRONIQUES RNOP 1ER TRIMESTRE 2019

Janvier : a été caractérisé par des températures et des précipitations (quantité et fréquence) proches des normales. L’insolation fut anormalement déficitaire. Durant la première décade de janvier, la moyenne des maxima est restée proche des normes, mais les minima ont été trop doux. Au cours de la deuxième décade, la période grise, pluvieuse et assez douce est compensée par une période ensoleillée, sèche et assez froide. Elle est suivie par un refroidissement sensible et l’arrivée de la neige, en Ardenne et Hautes Fagnes d’abord, puis pour toutes nos régions en fin de seconde décade et en troisième. Le 23 janvier 2019, une petite dépression se forme sur le nord de la France et fait revenir l’air continental sur notre pays. Notamment, l’ouest du pays a localement connu de très fortes chutes de neige (11 cm à Passendaele, près de Ypres et 13 cm à Lille). Température moyenne maximale : 5 ° C ; 21 jours de précipitations ; 12 jours de gel.

Février : a été caractérisé par des températures et une insolation très anormalement excédentaires et des précipitations proches des normales en quantité mais anormalement déficitaires en fréquence. Après un tout début pourtant encore hivernal, la seconde moitié du mois est particulièrement douce et sèche, avec des températures maximales record pour un mois de février dans bon nombre de stations. Température moyenne maximale : 11,5 ° C ; 1 jour à plus de 20 ° C !

Mars : a été caractérisé par des températures, une insolation et des précipitations (en quantité et en fréquence) proches des normales.

On retiendra de ce mois de mars un mois contrasté entre une première moitié très perturbée, grise, fraîche, pluvieuse et venteuse (dont la tempête du 10 mars) et une seconde moitié sous dominante anticyclonique, sèche, ensoleillée et printanière. Température moyenne : 8,5 ° C ; température moyenne maximale : 11,9 ° C ; 11 jours d’orage dans le pays durant ce mois de mars

Dénombrement hivernal des oiseaux d’eau les 13/01 et 16/02/2019

Goupe d'oiseaux
Quelques hivernants (foulques macroules, canards colverts et cygnes tuberculés)
 

OISEAUX RARES ET/OU RARES POUR NOTRE RÉGION :

Butor étoilé (Botaurus stellaris) : de 1 à 2 individus sont observés durant le trimestre.

Butor étoilé
Butor étoilé

Spatule blanche (Platalea leucorodia) : 1 adulte présent du 15 au 21/02 ; encore 1 adulte le 26/03 (M. Vanwarreghem).

Sarcelle d’été (Spatula querquedula) : les premières (3 individus), revenues de migration, sont observées le 27/03 (P. Claerhout) ; 6 sont observées le 29/03 (M. Vanwarreghem).

Harle piette (Mergellus albellus) : 2 femelles sont observées le 12/02 (M.J. Lefebvre) ; elles seront présentes jusqu’au 17/02 (plusieurs observateurs).

Harle piette
Harles piettes femelles

Petit gravelot (Charadrius dubius) : parade d’1 couple le 30/03 (E. Bugner), à suivre …

Petit gravelot
Petit gravelot

Bécasse des bois (Scolopax rusticola) : 1 adulte est observé le 9/02 (deux observateurs).

Sterne caspienne (Hydroprogne caspia) : 2 adultes le 31/03 se nourrissant pendant 1 heure (pêche) ; puis sont repartis vers le Nord (M. Vanwarreghem et Th. Tancrez).

Sterne caspienne
Sterne caspienne

Hirondelle de rivage (Riparia riparia) : les 3 premiers individus, de retour de migration, sont observés, en vol, le 31/03 (M. Vanwarreghem).

Gorgebleue à miroir blanc (Luscinia svecica cyanecula) : les 3 premiers individus (mâles adultes), de retour de migration, sont vus et entendus le 29/03 (M. Vanwarreghem).

Rémiz penduline (Remiz pendulina) : présente en petit nombre durant tout le trimestre ; avec un maximum de 4 adultes le 19/03 (M. Vanwarreghem). Des oiseaux des deux sexes sont présents. (Des oiseaux étaient aussi présents en octobre et décembre 2018).

Rémiz penduline
Rémiz penduline mâle

AUTRES :

Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) : le 15/02, le premier chant de parade. Un maximum de 6 individus durant le trimestre (sans doute, sous évalué).

Grèbe huppé (Podiceps cristatus) : le premier chant de parade le 16/02. Un maximum de 5 individus durant le trimestre.

Grèbes Huppés
Grèbes Huppés, parade nuptiale

Grande aigrette (Ardea alba) : de 1 à 7 individus sont observés régulièrement durant tout le trimestre sauf 16 individus le 6/01, 10 individus le 18/01 et un dortoir de 13 individus le 10/02

Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) : le premier individu de l’année est observé dès le 12/02. Au cours du trimestre, leur nombre augmente progressivement de 6 (19/02) à 30 adultes (31/03).

Tadorne de Belon (Tadorna tadorna) : de 1 à 9 individus sont observés durant le trimestre sauf 14, le 20/02, avec comportement territorial (M. Windels).

Canard chipeau (Mareca strepera) : observé durant tout le trimestre avec un maximum de 82 individus le 13/01, 40 le 23/01 et 101 le 14/02

Canard chipeau male
Canard chipeau mâle

Sarcelle d’hiver (Anas crecca) : observée en petit nombre sauf un maximum de 32 individus le 13/01

Canard pilet (Anas acuta) : observé uniquement durant la dernière décade du mois de mars avec un maximum de 8 individus le 22/03 ; au moins 1 mâle le 28/03

Canard souchet (Spatula clypeata) : un maximum de 55 individus le 6/01 et 62 le 13/01

Fuligule milouin (Aythya ferina) : observé durant tout le trimestre avec un maximum de 65 individus le 13/01 et 47 le 16/02

Fuligule morillon (Aythya fuligula) : observé durant tout le trimestre avec un maximum de 40 individus le 16/02

Busard des roseaux (Circus aeruginosus) : 1 femelle adulte en janvier ; pas d’observation en février ; 2 adultes en plumage nuptial paradant le 29/03

Buse variable
Busard des roseaux mâle

Buse variable (Buteo buteo) : 4 individus le 24/03 ; parade + accouplement vus le 26/03 (M. Vanwarreghem).

Râle d’eau (Rallus aquaticus) : plusieurs contacts de 1 individu durant le trimestre.

Vanneau huppé (Vanellus vanellus) : un groupe en vol d’une centaine d’individus le 9/01

Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis) : de 1 à 2 individus sont observés de début janvier jusqu’au 4 mars

Martin pêcheur  male
Martin pêcheur mâle

Hirondelle rustique (Hirundo rustica) : la première est observée, en vol, le 29/03

Grive litorne (Turdus pilaris) : 8 individus cherchant de la nourriture le 19/01

Grive mauvis (Turdus iliacus) : 1 seule mention (18/01) pour le trimestre.

Bouscarle de Cetti (Cettia cetti) : entendue et/ou vue très régulièrement durant le trimestre, avec un maximum de 6 individus le 16/02

Phragmite des joncs (Acrocephalus shoenobaenus) : le premier chant est entendu le 22/03

Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) : la première est vue le 16/02 ; le premier chant le 22/03 ; un maximum de 4 individus le 31/03

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) : premier chant de parade le 16/02 ; un maximum de 5 individus les 27 et 29/03

Roitelet huppé (Regulus regulus) : une douzaine d’observations durant le trimestre, avec un maximum de 6 individus le 4/01

Roitelet huppé femelle
Roitelet huppé femelle

Roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla) : 1 observation d’1 individu chaque mois du trimestre.

Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus) : présent en petit nombre durant tout le trimestre sauf 10 individus le 20/02 ; le 24/02, cris d’alarme suggérant une nidification en cours.

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) : 4 observations durant le trimestre avec un maximum de 20 adultes (cherchant de la nourriture) le 23/01

Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) : seulement 7 observations durant le trimestre ; 3 individus cherchant de la nourriture le 3/01 ; un maximum de 11 individus sur place le 19/03 (J. Dermaux).

MAMMIFÈRES :

Chevreuil européen (Capreolus capreolus) : 2 adultes cherchant de la nourriture le 31 mars (M. Vanwarreghem)

Lérot (Eliomys quercinus) : lors du recensement effectué le 9 février, on relève des indices de présence (mousse, latrine, etc …) dans les 26 nichoirs contrôlés; 17 lérots (vivants) ont été recensés dont 11 dans des nichoirs en béton de bois.

Lérot
Lérot

Lièvre d’Europe (Lepus europaeus) : 2 adultes le 29 mars.

Mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) : une dizaine d’observations lors du recensement des lérots.

Rat musqué : (Ondatra zybethicus) : moins de 5 observations pour le trimestre.

Texte : Paulette Claerhout

Photos : Michel Vanwarreghem

CHRONIQUES RNOP 4ÈME TRIMESTRE 2018

Octobre : a été caractérisé par des températures, une insolation et des précipitations (quantités) proches des normales. La fréquence des précipitations est caractérisée de très anormalement déficitaire. On retiendra de ce mois d’octobre la seconde décade exceptionnellement chaude. De nombreux records de température maximale décadaires voire mensuels ont été battus, de même que la date la plus tardive de températures supérieures à 25° C en bon nombre de stations. Température moyenne : 12,6 ° C ; température moyenne maximale : 17 ° C ; 11 jours > 20 ° C !

Novembre : a été caractérisé par des températures proches des normales et par une insolation très anormalement excédentaire. Quant aux précipitations, si elles furent proches des normales en quantités, elles furent très anormalement déficitaires en fréquence. On retiendra de ce mois de novembre 2018 la continuité d’un temps plus ensoleillé que la normale avec également une fréquence de précipitations plus basse que la normale, comme c’est le cas depuis quasiment le début d’année. Température moyenne : 7,4 ° C ; Température moyenne maximale : 10,6 ° C 

Décembre : a été caractérisé par des températures anormalement excédentaires. L’insolation et les précipitations (quantités et fréquence) furent proches des normales. On retiendra de ce mois de décembre un début de mois qui a vu le retour d’un temps fortement perturbé, comme on en avait rarement vu encore cette année. La suite du mois rentrera plus dans le rang avec grosso modo, le retour vers les normales, si l’on excepte une période plus douce et encore perturbée en fin de seconde décade se prolongeant jusqu’à Noël, avant que l’année se termine sous des températures plus fraîches et un temps sec, mais gris. Température moyenne : 5,8 ° C

Dénombrement hivernal des oiseaux d’eau les 17/11 et 15/12/2018

OISEAUX RARES ET/OU RARES POUR NOTRE RÉGION :

Butor étoilé (Botaurus stellaris) : de 1 à 3 individus régulièrement observés jusqu’au 25/10 ; ensuite, 1 ou 2 individus sont encore observés ; plus que 4 observations durant décembre

Butor étoilé

Héron garde bœufs (Bubulcus ibis) : 1 adulte observé le 7/10 (par 2 observateurs)
Harle bièvre (Mergus merganser) : 1 adulte femelle du 1er au 4 novembre (plusieurs observateurs)
Milan royal (Milvus milvus) : 2 en vol SW le 13/10 et 1 passant en vol le 21/10 (A. Adam)
Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) : 1 individu passe en vol le 1/10  et est chassé par des corneilles. 1 juvénile en chasse le 4/10 ; 1 individu en vol Sud le 13/10 et 1 dernier individu est observé le 14/10

Balbuzard pêcheur en vol
Balbuzard pêcheur

Faucon pèlerin (Falco peregrinus) : 1 femelle adulte est observée le 1er novembre (M. Windels, Alexis Adam)
Hibou des marais (Asio flammeus) : 1 passant en vol le 18/11 (G. Vandendriessche)
Panure à moustaches (Panurus biarmicus) : 6 contacts durant le trimestre dont 5 passant en vol SW le 13/10, 5 sur place le 21/10 et 4 sur place le 8/11

Panure à moustaches

Rémiz penduline (Remiz pendulinus) : 6 contacts de 1 à 3 individus durant la fin octobre et fin décembre (pas de contact en novembre) avec un maximum de 3 individus le 24/12 (vus et photographiés

AUTRES :

Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) : de 1 à 6 individus seulement durant le trimestre
Grèbe huppé (Podiceps cristatus) : de 1 à 8 individus sauf 15 les 17/11 et 15/12
Aigrette garzette (Egretta garzetta) : observée en petit nombre (de 1 à 6 individus) jusqu’au 25 novembre, sauf 15 le 1/10 (M. Windels)
Grande aigrette (Ardea alba) : observée très régulièrement durant tout le trimestre ; un maximum de 16 individus sont observés le 4/11

Grandes aigrettes

Héron cendré (Ardea cinerea) : observé très régulièrement durant tout le trimestre avec un maximum de 19 individus le 22/12
Tadorne de Belon (Tadorna tadorna) : de 1 à 11 individus sauf 16 le 29/12
Canard siffleur (Mareca penelope) : de 1 à 12 individus ; dernière observation est faite le 1/11
Canard chipeau (Mareca strepera) : observé durant tout le trimestre ; un maximum de 19 mâles + 19 femelles le 17/11 et de 27 mâles + 25 femelles le 15/12
Sarcelle d’hiver (Anas crecca) : observée à partir de la mi-octobre ; avec un maximum d’une trentaine les 22/10 et 7/11
Canard pilet (Anas acuta) : quelques (moins de 10) individus sont observés du 22/10 au 6/11
Canard souchet (Spatula clypeata) : observé régulièrement durant tout le trimestre avec un maximum de 65 et 50 individus, respectivement les 15/10 et 28/10 ; ensuite, le maximum retombe à une vingtaine d’individus.

Fuligule milouin (Aythya ferina) : présence régulière durant tout le trimestre ; une dizaine d’observations (entre 25 et 60 individus).
Fuligule morillon (Aythya fuligula) : observé moins régulièrement que le fuligule milouin; mais un maximum de 39 et 63 individus observés respectivement les 17/11 et 22/12
Busard des roseaux (Circus aeruginosus) : de 1 à 2 individus observés régulièrement durant le trimestre (adulte femelle et mâle de 2ème année calendaire).
Râle d’eau (Rallus aquaticus) : contacts réguliers durant le trimestre avec un maximum de 3

Râle d’eau

Foulque macroule (Fulica atra) : un maximum de 350 individus le 11/10 ainsi que 536 et 245 individus, respectivement les 17/11 et 15/12
Bécassine des marais (Gallinago gallinago): moins de 10 contacts durant le trimestre
Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis) : de 1 à 2 contacts durant le trimestre
Pipit farlouse (Anthus pratensis) : 37 individus passant en vol SW le 13/10 avant-midi (A. Adam) et 72 en vol Sud l’après-midi (Q. Spriet)
Grive litorne (Turdus pilaris) : 15 contacts de la mi-octobre à fin décembre avec un maximum de 27 individus le 1/11 et de 30 le 27/11 (M. Windels)
Grive mauvis (Turdus iliacus) : une quinzaine de contacts durant le trimestre avec un maximum de 15 individus passant en vol SW le 15/10 et 15 individus sur place le 2/12
Roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla) : 8 contacts durant le trimestre, de 1 à 2 individus

Roitelet à triple bandeau

Pinson du Nord (Fringilla montifringilla) : 3 x 1 individu, dans un groupe de pinsons des arbres, passant le vol SW le 1/11
Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) : seule mention intéressante : 25 individus sur place le 31/12
Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) : peu d’hivernants : 7 contacts

MAMMIFÈRES :

Belette (Mustela nivalis) : 1 le 31/12/2018 (J. Seys)
Chauve-souris inconnue (Chiroptera spec.) : 1 en vol le 22/12/2018 (G. Vandendriessche)
Lièvre d’Europe (Lepus europaeus) : 1 le 10/10/2018 (P. Claerhout)

Texte : Paulette Claerhout
Photos (prises à la RNOP) : Michel Vanwarreghem
janvier 2019

VISITE GUIDÉE MENSUELLE (gratuite) du 05 AOÛT 2018

La visite mensuelle de ce premier dimanche d’août 2018 sera consacrée, comme les années précédentes, au monde des papillons (de jour). De jour est mis entre parenthèse car cette appellation est désuète. Certains papillons de nuit vivant le jour…..

Nous allons tenter ensemble de les identifier, de parler de leurs mœurs mais aussi de ce qu’on peut faire au jardin afin de les favoriser !

Le RV est fixé comme d’habitude à 09H30 sur le parking de la réserve.

LES REGLES D’OR de la visite

Les règles d’or de la visite s’appliquent à toutes les visites d’un milieu voué à la nature. Un milieu naturel est un milieu fragile.

NE DERANGEZ PAS LES ANIMAUX : plus vous serez discret, plus vous aurez la possibilité de faire de belles rencontres.

NE CUEILLEZ PAS LES FLEURS : même si elles vous font un clin d’oeil, elles ont besoin de graines pour se reproduire et c’est ça la finalité de la floraison : la production et la dissémination des graines.

RESTEZ SUR LES SENTIERS et CHEMINS : ici, c’est un impératif. En y restant, vous limitez votre impact sur la nature.

EMPORTEZ VOS DETRITUS : Moins vous en produisez moins vous aurez à vous en occuper. Vos emballages étaient plus lourds à votre arrivée alors emmenez les après usage.

ATTACHEZ VOS CHIENS : Ils dérangent la faune et piétinent la flore. De plus, la lutte contre certains envahisseurs fait appel au piégeage et aux produits moins agréables.

RESPECTEZ la nature et les autres promeneurs : Assurez vous de la compatibilité de votre comportement avec la protection du site et les autres usagés du site.

PRESENTATION DE LA RNOP

Crée en 1976 à l’initiative des briqueteries de Ploegsteert des sites d’extractions de l’argile sont convertis en bassins et en zones humides marécageuses. L’ASBL de gestion de la RNOP s’occupe aujourd’hui de cette réserve naturelle de +/- 150 ha constitué de plusieurs bassins d’argilières (l’un d’eux est encore en exploitation pour quelques mois) certains sont utilisés pour la pêche.

Un bassin est entouré d’une végétation arborée, il est propice aux ardéidés et aux anatidés. L’autre bassin, plus ouvert, présente des étendues d’eau entrecoupées de roselières. On peut y observer trois espèces de grèbes et de nombreuses espèces de canards. Pour les hôtes possibles citons : La Rémiz penduline, le Balbuzard pêcheur ou le Héron pourpré.

L’aigrette garzette La nidification concerne le Grèbe castagneux, le Grèbe huppé, les Fuligules milouin et morillon, le Busard des roseaux et le Râle d’eau. Du côté des passereaux nicheurs, on notera principalement la Gorgebleue à miroir, le Phragmite des joncs. Le Blongios nain y a niché aussi.

Le site a été, pour la Belgique, le premier lieu de nidification de la Grande aigrette La circulation dans la réserve est uniquement possible sur les chemins balisés (avec les postes d’observation).

Visites guidées Tous les premiers dimanches du mois à 09H30, RDV sur le parking de la réserve.

Il est aussi possible de visiter la réserve avec un guide. Contact : rnop2011@hotmail.com(DUBUC Yves : conservateur adjoint) ou windels.martin@gmail.com (Martin Windels : Membre du conseil d’administration). La visite guidée mensuelle est gratuite, les visites guidées sur réservations sont payantes, voir contact.

Deux spatules blanches baguées observées à la RNOP

SPATULE BLANCHE : 2 exemplaires avec des bagues colorées observés à la RNOP. Via la recherche sur CR BIRDING, j’ai envoyé ce message à deux programmes de baguage, programmes qui pourraient être à la base de la combinaison de couleurs observée. Le responsable du programme a ainsi un retour de son travail et nous obtenons toutes les infos qu’il a déjà récolté depuis que les oiseaux ont été bagués. C’est très intéressant : Où et quand est-il né ? Où et quand a-t-il été bagué ? Quel est le but du programme de suivi ? Où et quand a-t-il été observé ? … Voici le message et les deux photos. Les photos m’ont été fournies par Jean-Claude MARICHAL de MOUSCRON et par M VANDAELE de MEULEBEKE. Je les remercie et vais les tenir au courant de l’évolution de cette recherche. Bonjour,
Ce dimanche 04IX2016, en Belgique, province de HAINAUT, ville de COMINES-WARNETON, à la Réserve Naturelle et Ornithologique de PLOEGSTEERT (RNOP), nous avons observés deux spatules baguées. Il ne me semble pas que ce soient deux mêmes programmes. De plus, sur celle de gauche sur les photos, la noire en haut de la patte droite pourrait être surmontée d’un bague drapeau. Je joins les deux photos exploitables.
Voici la combinaison qu’il me semble lire :
Première spatule (à gauche sur la photo) de haut en bas
Patte gauche : Métal, Blanc (ou vert clair???), Noir Patte droite : (Drapeau noir ????), Noir (???), Blanc (ou vert clair ???)
Deuxième spatule (celle de droite sur la photo) de haut en bas
Patte gauche : Blanc (ou clair ???), Métal Patte droite : Rouge, Jaune, Vert.
Voulez-vous faire suivre si je ne me suis pas adressé au bon programme de baguage S.V.P. ?
Voulez-vous faire réponse à tous S.V.P. ?
Merci.

Spatules blanches
Spatules blanches

REPONSES : Voici une première réponse, reçue le 05/09/2016 : Dear Martin, Thank you for these sightings. The spoonbill at the right of the picture is mine. If it is a young spoonbill the code is La/RYG = metal ring CA 74603 ringed on 6/5/2016 at Lac de Grand-Lieu (Loire Atlantique, F), already seen at Ploegsteert on 5/8/16. The second spoonbill (on the left) is not mine. All the best, Loïc MARION ET voici la seconde : Salut ter tous, Une réponse pour la deuxième spatule de la RNOP : Elle a été observée (ou tout le moins signalée présente) entre le 15/08 au 06/09 à la RNOP. Elle a été baguée juvénile le 24/05/2016 à DURGENDAM, KINSELDAM, aux PAYS-BAS, soit à 236 km de la RNOP. Vu la carte, c’est à la hauteur de HARLEM donc c’est une trotte au-delà de DEN HAAG. Je n’ai pas trouvé l’adresse de Rudi BAESTLE. Donc, si vous pouvez lui transmettre ou me la donner, ce serait bien. A+ Martin.  

Pourquoi couper le buddléia ?

C’est une question posée par des participants aux travaux de gestion et/ou des visites guidées mensuelles (1er. dimanche de chaque mois) : LE BUDDLEIA, c’est l’arbre aux papillons pour la plupart.

Et c’est là que cette espèce se montre persuasive auprès des possesseurs de jardin. Ses belles fleurs décorent le jardin et de plus attirent les papillons. Mais, planté, il se développe rapidement quelque soit la nature du sol car il est très résistant.

Mais un seul individu peut produire des milliers* de graines qui colonisent tous les milieux …et prennent la place d’autres plantes.

Ne vous laissez pas avoir et préférez une espèce locale. Elle saura prendre sa place sans prendre celle des autres ! De plus, bien choisie, l’espèce attirera les papillons pour les nourrir tout en décorant votre jardin. De plus, et c’est là le deuxième masque du buddléia, l’espèce locale offrira aussi la nourriture aux chenilles. Ainsi vous pourrez concilier jardinage et nature, un double plaisir.

(* à 10 mètres alentour et la graine a une durée de vie de plusieurs années)

Le Lérot

Voici le bandit masqué !

Une journée de prospection à la recherche des gliridés de la région. Des quoi ? gli .. ri.. dés ! Si je vous dis que Glis glis est le nom du loir…. pour les intimes. Dans notre région, (Hainaut occidental, ville de COMINES-WARNETON), le loir n’est pas une espèce régionale. Il n’en est pas de même pour le muscardin (Muscardinus avellanarius), qui lui malheureusement en a disparu et le lérot (Elyomis quercinus), qui lui est encore bien représenté mais demande une vigilance. Le muscardin a été vu chez nous dans les années 70 – 80 (DERMAUX Alain Bois de la Hutte) mais depuis, plus rien. Personnellement, avec ce bijou, car c’est vraiment un superbe petit animal, je n’ai eu qu’un seul contact* et c’était il y a plus de 30 ans. L’animal était au-dessus de nous et nous regardait l’admirer. Mon épouse et mes enfants l’ont vu mais s’en souviennent-elles ? (*En 2016, par contre, j’ai pu aider au comptage des muscardin dans les FOURONS et c’était une superbe journée et fournie en observations). Le lérot (Elyomys quercinus) lui, est aussi appelé le BANDIT MASQUE et vous verrez pourquoi en visionnant les quelques photos. Le milieu de vie du lérot.

Roncier
Roncier
C’est quoi ce nichoir à l’envers ?
Nichoir à Lerot
Nichoir à Lerot
Nichoir de plus près

Lérot
Lérot

Et le voici !

Un nid naturel :

Nid naturel

Nid naturel
Nid naturel

Il s’agit de la récupération du nid d’un oiseau dans lequel le lérot a accumulé des mousses et dans lequel il peut se reposer de jour, se reproduire et même passer l’hiver.

LA BIODIVERSITE

La biodiversité est un complexe difficile à cerner, pourtant, lorsqu’on dit Nature, la plupart d’entre nous pense animaux…végétaux……et enfin milieu.Or, la nature, c’est tout ensemble mais la biodiversité (bio = vie) c’est uniquement le vivant de la Nature. En effet, le reste, c’est le non vivant (l’abiotique) nature du sol minéral, météo……
Pour mieux vous y retrouver, je vous suggère de consacrer, tous les jours, pendant une semaine, 10 minutes à  :

Par +/- 6 minutes de vidéo, le professeur BOEUF vous explique simplement le complexe.